go to solar click

FAQ

NRClick

Quels sites peut-on intégrer dans l’application ?

Tous les sites peuvent être intégrés. Le moyen de rapatrier les données de consommations variera par contre suivant votre intérêt et le niveau de consommation du site : dataloggers, index manuels ou relevés de Sibelga.

À partir de quel niveau de consommation est-il intéressant d’installer un datalogger ?

Le coût final d’installation d’une solution de monitoring varie entre 5 000 € et 10 000 € HTVA. En moyenne, il oscille autour des 7 500 € HTVA (prix comprenant notamment les visites préalables pour déterminer les travaux à réaliser, l’adaptation des compteurs existants, le câblage, la fourniture, la pose, la mise en service des dataloggers et la validation des profils affichés à l’écran). Rentabiliser un tel investissement sur 3 ans en visant une économie globale de consommation de 10 % implique une dépense énergétique annuelle de quelque 15 000 € HTVA.

A noter qu’il est beaucoup plus facile de faire des économies sur le gaz et l’eau que sur l’électricité. Chaque site doit donc être étudié précisément.

Quels types de compteurs peut-on raccorder à un datalogger ?

Tout compteur générant un signal peut, en théorie, être raccordé. Les consommations d’eau, de gaz, de fuel, d’électricité, de chaleur etc. peuvent ainsi être suivies.

Dans la pratique, les compteurs munis d’une sortie d’impulsion sont généralement compatibles. S’ils ne le sont pas, il faudra les remplacer. Les compteurs communiquant en m-bus ou mod-bus sont généralement compatibles, mais une étude locale reste à faire.

Dans certains cas, il est impossible d’aller raccorder des compteurs sur des dataloggers sans engendrer des frais disproportionnés, par exemple lorsque les compteurs se trouvent dans des kiosques extérieurs.

Comment se justifie le coût d’équipement d’un site par une solution de monitoring ?

Le prix de fourniture du datalogger ne représente qu’une petite partie du prix de l’installation (entre 8 % et 15 %). Le coût total inclut également les visites préalables, la pose, le raccordement, le paramétrage, la mise en service…

Quel délai faut-il prévoir entre la demande d’équipement en datalogger et l’affichage du premier profil à l’écran ?

Ce délai varie fortement en fonction de la nécessité ou non d’adapter les compteurs, de la facilité de réalisation du câblage, de la complexité du site, des délais d’édition des bons de commande, etc. En moyenne, on constate un délai de 6 à 8 mois.

Quel type de câblage faut-il installer ?

Les travaux de câblage consistent à mettre à disposition des alimentations 230 V (au départ de tableaux divisionnaires via des départs de circuits spécifiques), tirer des câbles 230 V ainsi que des câbles type « Data UTP » ou « Lyicy ». Ces travaux peuvent, dans la plupart des cas, être réalisés par des électriciens généralistes.

De quel type d’infrastructure telecom faut-il disposer ?

Les données sont transmises au moyen de cartes SIM GPRS fournies par Sibelga. Il n’est donc pas obligatoire d’avoir une ligne ADSL sur place.

Combien de temps les données sont-elles conservées sur les serveurs ?

Aucune donnée n’est effacée. Néanmoins, une agrégation des données quart-horaires en données horaires est envisagée au bout de 18 mois. Les données horaires peuvent à leur tour être agrégées en données journalières par la suite, afin d’optimiser les volumes de données. Les rapports automatiques édités en PDF restent disponibles sur le serveur pour une durée de 18 mois également.

Comment l’application va-t-elle faire diminuer ma consommation d’énergie ?

L’application seule ne fera pas diminuer votre consommation d’énergie ! Il faut exploiter et interpréter les données qu’elle fournit. En parallèle, il est nécessaire d’entreprendre des actions sur le terrain (optimisation des régulations, sensibilisations, etc.) pour corriger certaines situations. Il est donc impératif de consacrer du temps à l’analyse, mais aussi et surtout à la gestion des installations d’autre part.

Une fois un site optimisé, est-il possible de déplacer le datalogger sur un autre site ?

Optimiser un bâtiment peut prendre du temps et nécessite d’adapter certains compteurs. Selon notre expérience, les consommations d’un bâtiment optimisé qui n’est plus suivi régulièrement se dégradent à nouveau rapidement.

Démonter et déplacer un datalogger n’est donc pas un bon choix, d’autant plus que le coût du seul datalogger est faible dans le coût global de l’installation de monitoring. Cette option n’est donc pas proposée dans le cadre du programme NRClick.

Le compteur haute tension de mon bâtiment est déjà télérelevé par Sibelga. Pourquoi installer un autre système ?

Les bases de données de Sibelga et du service NRClick sont totalement dissociées, entre autres pour des raisons de sécurité informatique. D’autre part, les compteurs de gaz de ces mêmes bâtiments ne sont généralement pas relevés en courbe de charge. Installer un datalogger permet donc de monitorer tout fluide dans un bâtiment, y compris l’eau.

L’application peut-elle gérer mes chaufferies ?

Non, l’application ne pilote pas les chaufferies. Il ne s’agit pas d’une Gestion Technique Centralisée, mais est tout à fait complémentaire à celle-ci.

Peut-on voir la production de panneaux photovoltaïques (ou d’installations de cogénération) ?

Oui, pour autant que les compteurs de certificats verts soient raccordés aux dataloggers. Pour effectuer le bilan de consommation d’un site, il est même indispensable que le compteur de certificats verts soit raccordé, afin de pouvoir connaître précisément la production, l’injection et le prélèvement sur le réseau. Les données météorologiques (température et ensoleillement) étant également disponibles dans l’application, il est possible de suivre la bonne production de vos panneaux en fonction des conditions climatiques.

Mon site est déjà équipé d’une solution de monitoring. Est-il possible de conserver le matériel en place ?

Peut-être. Une visite sur place sera nécessaire afin de relever les caractéristiques du matériel. Ensuite, une étude au cas par cas sera menée pour identifier la compatibilité du matériel avec l’environnement de collecte de données par Sibelga. Un éventuel coût de développement/adaptation pourrait être porté en compte.

Puis-je créer des tableaux et graphiques à partir de l’application, voire de l’adapter à mes besoins ?

Oui, vous pourrez créer des tableaux et graphiques après avoir suivi une formation avancée. Exporter les données au format XLS ou CSV est également possible. Par contre, il ne vous sera pas possible de créer ou modifier des propriétés de l’application.

SolarClick

Qui est le propriétaire des panneaux ?

La Région de Bruxelles-Capitale est propriétaire des installations photovoltaïques placées dans le cadre de SolarClick.

Qui bénéficie des certificats verts ?

La Région de Bruxelles-Capitale bénéficie des certificats verts octroyés pour chaque installation pendant sa durée de certification, c’est-à-dire 10 ans. Les recettes sont réallouées au projet.

Qui bénéficie de l’électricité produite ?

L’occupant du bâtiment couvre gratuitement tout ou partie de ses besoins immédiats avec l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques. Si leur production instantanée excède les besoins du bénéficiaire, le surplus est réinjecté sur le réseau de Sibelga pour compenser partiellement les « pertes réseau ».

Quelle est la relation contractuelle entre le pouvoir public et la Région ?

La Région et le pouvoir public bénéficiaire sont unis par une relation contractuelle basée sur un échange à titre gratuit : le pouvoir public bénéficiaire met à disposition sa toiture au profit du propriétaire des panneaux (la Région). En contrepartie, il reçoit tout ou partie de l’électricité produite pour ses besoins de consommation.

Qu’est-ce qui est couvert par le programme SolarClick et qu’est-ce qui ne l’est pas ? Que dois-je financer ?

L’entièreté des coûts relatifs à l’installation photovoltaïque (dimensionnement, étude de stabilité, fourniture, placement, réception par un organisme agréé, travaux de/au raccordement, équipements de protection électrique, entretien) sont pris en charge par la Région.

Toutefois, si des travaux préparatoires sont nécessaires (lignes de vie, isolation du toit, travaux d’étanchéité, mise en conformité de l’installation électrique existante…), ils sont à charge du pouvoir public bénéficiaire.

Faut-il un permis d’urbanisme pour placer des panneaux photovoltaïques ?

Aucun permis d’urbanisme n’est requis pour le placement d’installations photovoltaïques en Région de

Bruxelles-Capitale à condition que les panneaux :

  • ne soient pas visibles depuis l’espace public ;
  • ou, dans le cas où ils sont visibles depuis l’espace public, soient incorporés dans le plan de la toiture (toitures plates) ou fixés sur la toiture parallèlement au plan de celle-ci, sans présenter de saillie de plus de 30 cm ni de débordement par rapport aux limites de la toiture (toitures inclinées).

En revanche, un permis d’urbanisme est requis pour les bâtiments classés. Le cas échéant, l’obtention du permis est à charge du pouvoir public bénéficiaire, qui est assisté dans le cadre de ses démarches par Sibelga.

Ma toiture n’est pas éligible aujourd’hui. Peut-elle l’être demain ?

Oui. Si vous réalisez des travaux qui lui permettent de répondre aux critères d’éligibilité d’ici à 2020, nous pourrons éventuellement l’intégrer à la liste des projets, qui sera régulièrement mise à jour en fonction des changements dans le parc immobilier des pouvoirs publics bénéficiaires. L’idéal est de nous le signaler dès nos premiers contacts.

Suis-je obligé de mettre toutes mes toitures éligibles à disposition de SolarClick ?

Non, SolarClick n’est pas exclusif. Vous pouvez conserver les toitures de votre choix pour d’autres projets.

Que se passe-t-il si ma toiture est déjà occupée partiellement par des panneaux ?

Si elle répond aux critères d’éligibilité, elle peut être retenue pour accueillir des panneaux supplémentaires. Dans ce cas, il faudra renoncer au contrat d’injection éventuellement conclu avec un fournisseur d’énergie pour ces panneaux.

Un des critères d’éligibilité est la conformité des installations électriques. Qu’entend-on par là ?

Votre installation est reconnue comme étant conforme si vous êtes en mesure de nous présenter un procès-verbal de réception valable qui atteste de la conformité au Règlement général sur les installations électriques (RGIE) de l’installation électrique existante, depuis le compteur de tête jusqu’à l’endroit supposé du raccordement de l’installation photovoltaïque.

Qui assure le risque de dégâts matériels/corporels pouvant être causés par les panneaux ?

Les fournisseurs souscrivent obligatoirement une assurance Responsabilité civile « Exploitation » et « Après-Livraison » couvrant toutes leurs activités, y compris les travaux en toitures. Cette assurance doit couvrir expressément les risques de dommages au bâtiment dus à des erreurs ou malfaçons commises lors du placement de panneaux photovoltaïques, constatés pendant les travaux ou après la réception de l’installation.

Que se passe-t-il si je dois intervenir sur ma toiture pour une réparation urgente ?

Le marché prévoit la possibilité de démonter et de remonter tout ou partie de l’installation photovoltaïque en cas de situation exceptionnelle, spécifiée dans le contrat conclu entre la Région et le pouvoir public bénéficiaire.

Comment est organisée la maintenance des installations ?

Le fournisseur assure la maintenance de l’installation qu’il a construite et offre des garanties sur les pièces et la main d’œuvre pendant toute la durée de son contrat (soit 10 ans). À l’issue de ce contrat, le remplacement des onduleurs, la maintenance et les réparations des installations seront couverts par un marché spécifique.

Comment les performances des installations sont-elles garanties ?

Il est demandé au fournisseur de s’engager sur une productivité garantie du système (en kWh/kWc installé, évalué site par site en fonction de l’orientation et de l’inclinaison notamment). Le fournisseur doit également s’engager sur l’évolution dans le temps des performances garanties en fonction notamment d’une perte de rendement annuelle. La vérification des performances réellement atteintes par une installation se fait au moyen d’un outil de monitoring dédié prenant en compte différents facteurs tels la puissance crête des panneaux installés, l’orientation, l’inclinaison, l’ensoleillement réel sur le site…

Quelles garanties de qualité les installations offrent-elles ?

D’une manière générale, tout le matériel fourni doit avoir un label CE. Les modules photovoltaïques doivent :

  • soit être assemblés dans un pays membre de l’UE et avoir un label CE ;
  • soit être assemblés dans un pays hors UE avec un label CE et recertifiés par un laboratoire de l’UE agréé ISO 17025 spécialisé en essais pour modules photovoltaïques.

En outre, le fabricant doit être en mesure de fournir un rapport de « bankability » qui permet de garantir tant la qualité des modules fournis que sa propre stabilité financière.

Quel est le sort des panneaux placés à long terme ?

En fin de vie de l’installation (minimum 20 ans), celle-ci devra être démontée et recyclée. Soit un marché spécifique conclu par Sibelga prévoira ce service, soit la réglementation aura évolué d’ici là et imposera aux fournisseurs de démonter et recycler l’installation.